La porte verte : art urbain

Dans le cadre du projet de rénovation urbaine de la cité de mon quartier (l’Elsau), j’ai participé à un groupe de travail citoyen et collaboratif sur Strasbourg : l’Elsau idéale. Nous avons proposé aux différentes institutions des projets alternatifs et transversaux pour que cette rénovation prenne véritablement en compte les réalités du quartier, les besoins de ses habitants et les impératifs écologiques actuels et à venir. J’ai donc travaillé sur les pollutions, le plan vélo ou une maison des services publics, mais aussi sur des projets culturels et artistiques.

Descriptif du projet :
– Peindre le pont SNCF dans une seule couleur verte acidulée (piliers maçonnés et partie portante en métal). Ce vert très lumineux (pantone 2286) matérialisera visuellement et symboliquement le projet de Parc Naturel Urbain. Il ne s’agit donc pas d’un simple ravalement, mais d’un geste artistique et symbolique fort, soulignant la volonté de la Ville de faire de l’Elsau un écoquartier.
– Peindre sur les poutres sous le pont des phrases poétiques et courtes autour de notions clefs et contextuelles (renvoyant au pont, à la frontière ou à l’entrée…). Ce projet est la suite d’un travail sur “les mots en situation” que j’ai initié il y a quelques années sur d’autres supports (casquettes) : les mots changent de sens quand ils s’écrivent sur un support ou dans un lieu inhabituels.

Constats :
– Dans les usages comme dans les esprits, la rue de l’Unterelsau est l’entrée unique du quartier de l’Elsau parce qu’elle ouvre à la fois sur l’est, l’ouest de Strasbourg et sur l’autoroute et l’ailleurs.
– La présence imposante du pont SNCF joue le rôle symbolique de Porte d’entrée ou de sortie du quartier, car il matérialise la frontière invisible qui le sépare du reste de la ville.
– De par son caractère, ce pont n’est pas une entrée accueillante et renforce la mauvaise image dont souffre le quartier (prison, cité…). De plus, les fresques réalisées par les enfants du quartier sur les piliers du pont datent et sont fortement dégradées.

Avantages :
– Ce projet traite “qualitativement des espaces interstitiels (passages sous ouvrages…) comme le demmande la CAT, Convention d’application territoriale.
– Change l’image du quartier et “rendre plus lisible et attractive l’entrée de quartier” (CAT) : donner une identité visuelle positive au quartier à travers un signe fort et simple dans lequel ses habitants pourraient se reconnaître.
– Ouvre symboliquement le quartier sur la ville en faisant de son entrée un point de repère à l’échelle de la CUS : le pont de la SNCF pourrait devenir la “Porte verte” au sud de l’eurométropole (annoncée sur les panneaux de l’autoroute pour s’orienter vers le sud de la Ville.
– La mise en peinture et l’entretien seraient des plus simples et réalisé par des entreprises.

Option :
Ce projet pourra s’accompagner d’un travail d’écriture poétique et plastique pour concevoir et rédiger avec les élèves une partie des phrases qui seront peintes sous le pont, dans le cadre d’une résidence ou d’une série d’interventions avec les professeurs de français et d’arts plastiques du collège du quartier.

NB les phrases écrites sous le pont dans les images ci-dessus ne sont pas contractuelles car elles viennent d’un autre projet casquettes déjà existant.